10 mars 09 : Discours de la présidente devant l'assemblée générale des étudiants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

10 mars 09 : Discours de la présidente devant l'assemblée générale des étudiants

Message par CecileC le Mar 10 Mar - 22:47

Discours de la présidente devant l'assemblée générale des étudiants

le 10 mars 2009
10H

Discours de Marie-Christine Lemardeley, Présidente de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, prononcé devant l’AG des étudiants réunie le 10 mars 2009 à Censier, Amphithéâtre A

Pourquoi m'adresser directement à vous ? Je sens bien que la situation devient tendue depuis quelques jours, en particulier depuis le début de la semaine. Je suis venue aujourd'hui pour apaiser ces tensions, et faire en sorte que le dialogue entre nous se poursuive, car nous avons des objectifs communs.

Vous connaissez ma position par rapport au mouvement en cours. J'ai signé l'appel de la Sorbonne du 9 février appelant au retrait des projets de réformes actuels. Je me suis battue, et continue à me battre au sein de la Conférence des Présidents d'Université pour que les positions de cette instance soient à la hauteur des enjeux.

Je suis sur beaucoup de fronts en même temps : c'est la raison pour laquelle je ne suis pas tout le temps à Censier, mais mon équipe me représente, en particulier le vice-président du Conseil d'Administration, Daniel Mouchard.

Je comprends vos combats et vos inquiétudes. Depuis le début de ce mouvement, mon équipe et moi-même avons organisé tous les cadres pour que le mouvement, sous ses différentes formes, s'exprime. Il y a certes eu quelques malentendus, en particulier hier à propos de la question des amphithéâtres. Clarifions la situation : je suis prête à mettre à disposition dès maintenant un amphi pour l'ensemble des activités liées au mouvement. Ma position de solidarité est inchangée.

Cependant, il est de ma responsabilité de présidente de fixer aussi des bornes. Cela a été dit plusieurs fois publiquement, et je le redis ici : je suis opposée à un blocage de l'université, partiel ou total. Les raisons en sont à la fois techniques (les contraintes de sécurité, vis-à-vis des étudiants et des personnels qui sont dans le bâtiment) et de fond. L'université doit rester, en toutes circonstances, un lieu ouvert, de transmission, de débat et de discussion. J'ajouterais qu'elle doit particulièrement le rester en ce moment. Bloquer l'université, c'est la vider. Et c'est aussi prendre le risque de diviser gravement la communauté universitaire de l'intérieur - ce qui est, et vous le savez, la pire chose qui puisse arriver maintenant que les choses bougent.

Je souhaite donc que le blocage soit levé au plus vite. De la même façon, cela va ensemble, les enseignants qui souhaitent faire cours et les étudiants qui souhaitent suivre ces cours doivent être laissés entièrement libres de le faire. Le corollaire du respect du droit de grève est celui du droit de ne pas faire grève, et la contrainte n'est ni acceptable ni efficace.

On a beaucoup parlé de la fermeture administrative. Elle n'est ni une menace ni un chantage : elle correspond seulement à la mesure que je serais dans l'obligation de prendre si la situation perdurait et se dégradait. Je ne le souhaite aucunement. Je fais confiance à votre sens des responsabilités et de l'intérêt commun de notre université pour que cette situation évolue rapidement.

Je comprends aussi, cela a été exprimé, que cette situation résulte d'inquiétudes, voire d'angoisse, que certains d'entre vous ressentent. Je le dis avec force : nous sommes à vos côtés, vous ne serez ni abandonnés ni laissés à vous - mêmes. J'ai affirmé, vous pouvez le lire sur tous les panneaux de l'université, le principe de non-pénalisation des étudiants ayant participé au mouvement. Ses modalités concrètes seront discutées très prochainement par les Conseils de l'Université (CEVU et CA), et vous pouvez compter sur notre vigilance pour que les situations délicates qui pourraient se présenter soient résolues.

Je finirai donc en vous redisant que nous formons une communauté, particulièrement dans la période actuelle. Nous devons rester unis, et chacun doit agir en ce sens.Source

CecileC
Admin

Nombre de messages : 838
Localisation : 75015 Paris
ED /EA : ED 384 / EA1775
Thèmes de recherche : Irlande/US, littérature 19è
Date d'inscription : 16/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://univ-paris3.academia.edu/CécileChartier

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum